Ordo Fratrum Minorum Capuccinorum

Log in
updated 10:22 PM UTC, Nov 29, 2021

Conseil International de la Formation

Le Conseil International de la Formation, présidé par le fr. Charles Alphonse et fr. Jaime Rey Escapa, respectivement secrétaire et secrétaire adjoint du secrétariat général à la formation, s’est réuni en ligne, sur la plateforme Zoom, du lundi 14 au vendredi 18 juin. Le thème de la semaine était le passage de la Ratio formationis generalis, le document sur la formation dans l’Ordre déjà publié et dont la traduction dans les différentes langues est presque terminée, à la Ratio formationis localis, c’est-à-dire à sa transposition dans les réalités plus petites, à l’échelle des conférences et, plus encore, des circonscriptions.

Chaque jour suivait le même déroulé : après un moment de prière initiale, une réflexion était proposée par un expert ; puis un confrère travaillant dans le domaine de la formation donnait son témoignage ; ensuite, des groupes se formaient en fonction des différents continents, pour discuter de ce qui avait été exprimé, suivi d’un partage en grande assemblée ; enfin, une prière concluait la journée.

Le lundi s’est déroulé l’accueil du ministre général, fr. Roberto Genuin, qui a souligné quelques aspects à prendre en considération, tout d’abord celui de la vie fraternelle, qu’au niveau formatif il est difficile de vivre et de transmettre aux jeunes qui viennent à nous. Il a ensuite remercié les membres du Conseil pour le précieux travail qu’ils accomplissent, rappelant à tous qu’il reste encore un long chemin à parcourir ensemble. La première réflexion a ensuite été proposée par Beppe Roggia, un salésien, sur « Sens et nécessité de la RF localis » : il a parlé avant tout de l’interculturalité, c’est-à-dire de ce dynamisme qui permet non seulement de percevoir la richesse des cultures, mais aussi de créer entre elles un échange vertueux, tissant ainsi de véritables relations fraternelles. Roggia a affirmé que ceci est désormais un élément indispensable pour la formation à la vie consacrée.

Mardi c’était au tour de Méthode Gahungu, enseignant, prêtre diocésain, de présenter le thème : « Le défi d’inculturer le projet de formation » : un projet qui se veut vraiment formateur, selon l’intervenant, doit nécessairement partir de l’analyse de la situation de vie et de mission de la personne à former, sans quoi il court le risque de n’être qu’un ensemble d’indications idéales qui n’intéressent pas la personne. Les contenus de la formation et les méthodes sont à inculturer par un dialogue efficace avec le territoire, en s’inspirant de Jésus, qui a donné un exemple exceptionnel de déploiement d’un dessein déterminé prêt à s’enraciner dans les cultures.

Le lendemain les participants ont bénéficié de l’intervention de l’ancien ministre général, fr. John Corriveau, qui a parlé du « charisme capucin dans les différentes cultures » : du haut de sa longue expérience de ministre, il a montré comment, dès le début, nous capucins étions reconnus comme « frères du peuple », ce qui continue aujourd’hui dans diverses parties du monde, surtout à travers deux aspects fondamentaux : la centralité de la vie fraternelle et l’insertion parmi les pauvres.

La réflexion de jeudi a été menée par le fr. John Peter, confrère indien, maître des étudiants en France, qui à travers le thème « Inculturer les valeurs capucines dans les cultures et les sagesses locales », a souligné l’importance décisive des différentes cultures dans le processus d’inculturation, soulignant comment, dans chacune d’elles, il y a toujours un élément à retenir et à préserver, grâce auquel on peut affirmer avec certitude que même la chose la plus petite et apparemment la plus insignifiante a quelque chose à dire et à donner au charisme capucin.

Vendredi, après une intéressante présentation du fr. Jesús García, capucin de la custodie de l’Équateur, sur « La protection des mineurs et des adultes vulnérables », le Conseil a entendu la synthèse exposée par le fr. Mauro Jöhri, ancien ministre général, qui a repris et relancé quelques idées et provocations ayant émergé au cours de la semaine. En particulier, le fr. Mauro a rappelé la centralité de la fraternité formative parce qu’elle nous forme et nous initie au vivre ensemble en frères ; il a souligné que le contenu de la Ratio formationis est encore très peu connu et qu’il y a donc beaucoup de travail à faire dans ce sens ; il a aussi fait remarquer le risque que nous courons de vivre notre vie religieuse comme une fuga mundi, alors qu’il nous est demandé d’être parmi les gens, d’apprécier le bien qui existe dans nos réalités locales, tout en faisant attention à rejeter ce qui y est contraire à l’Évangile ; enfin, il a relevé comment, pendant ces journées, on s’est trop concentré sur le contenu et pas assez sur la méthodologie à suivre pour traduire la Ratio generalis dans la Ratio localis.

La rencontre s’est achevée par le salut du fr. Roberto Genuin, qui a exhorté les conseillers à impliquer le plus de frères possible dans ce processus de traduction et à avancer avec confiance.

Dernière modification le vendredi, 02 juillet 2021 22:38